C.I/Développement durable, une charte adoptée à Bingerville.

C.I/Développement durable, une charte adoptée à Bingerville.

Un atelier de vulgarisation de la charte éco quartier et des métiers verts s’est tenu ce jeudi 24 Mai 2018 dans la salle polyvalente de la plate f

Le directeur Docteur Kouadio Alain Serges lors de sa présentation

Un atelier de vulgarisation de la charte éco quartier et des métiers verts s’est tenu ce jeudi 24 Mai 2018 dans la salle polyvalente de la plate forme de service  de Bingerville. Organisé par le ministère de la  salubrité de l’environnement  et  du développement  durable à  travers la direction de l’économie  verte et  de la  responsabilité sociétale , cet atelier avait pour objectif  la restitution de l’état  d’avancement du projet d’instauration des éco quartiers entamé un an plutôt. Selon docteur Kouadio Alain Serges directeur de ce département  « tous  les  secteurs  de la ville  doivent intégrer le principe de durabilité dans le quartier, l’environnement doit être assaini et offrir des possibilités d’emploi aux jeunes » a-t-il précisé d’entré de jeux. Le collaborateur de Anne Désirée Ouloto sur sa lancée a mis l’accent sur la dimension sociale du projet avec le volet santé, solidarité, le volet associatif, sportif et culturel « nous devons moins dégrader  l’environnement, faire nos activités de façon  saine d’où l’adoption de la charte qui permet d’adopter des eco gestes pour réduire le gaspillage, faire respecter le voisinage, mieux gérer les ordures  etc.…. »  a t’il ajouté.

Invité à ouvrir les travaux de cet atelier, le maire Beugré Djoman de la commune de Bingerville a dit  « chaque jour nous posons des actes en faveur du développement durable car un cadre de vie sain c’est une santé saine et l’émergence de la cote d’ivoire doit partir de chacun de nous ».

Soulignons que cette phase pilote d’instauration des éco quartiers à Bingerville a concerné quartes  secteurs  que sont : le village d’Abatta, celui d’Adjame Bingerville les quartiers  cité grâce 1 et  Fe kesse.

JC PIEKOURA

une vue des participants à l’atelier