Côte d’Ivoire-Santé sexuelle et reproductive/ Stérilisation : Les méthodes permanentes expliquées aux journalistes.

Côte d’Ivoire-Santé sexuelle et reproductive/ Stérilisation : Les méthodes permanentes expliquées aux journalistes.

Un point de presse s’est tenu ce vendredi 30 Octobre 2020 dans les locaux de l’organisme mondial de santé féminine EngenderHealth sis à Cocody deux pl

Un point de presse s’est tenu ce vendredi 30 Octobre 2020 dans les locaux de l’organisme mondial de santé féminine EngenderHealth sis à Cocody deux plateaux vallons rue des jardins. Initié par le réseau des professionnels de médias engagés pour la santé de la mère et de l’enfant en Côte d’Ivoire (PMESMECI), ce point de presse avait pour objectif de faire connaitre et expliquer aux journalistes les méthodes permanentes. En clair, il était question pour ces journalistes d’échanger avec les professionnels de Santé de EngenderHealth sur la question de la stérilisation masculine et féminine.

Animé par Docteur Dogoré Éliane Maryline chargée des relations avec le gouvernement, les hommes de médias ont été instruits sur la stérilisation féminine appelée ‘’ligament des trompes’’ qui est une procédure médicale qui permet de fermer les tubes qui conduisent les ovules dans l’utérus. Cette ligature des trompes selon les dires de la paneliste est très efficace et convient aux femmes ou aux couples qui ne veulent plus faire d’enfants. Concernant les Hommes, Docteur Éliane Dogoré a partagé les réalités sur la vasectomie ou stérilisation masculine : « C’est une méthode contraceptive qui consiste à couper et bloquer les tubes qui transportent les spermatozoïdes du testicule vers le pénis » dira-t-elle. Notons que cette vasectomie sied aux hommes qui veulent éviter le poids de la contraception ou d’une grossesse à leur partenaire.

Ces deux méthodes qui conduisent à la stérilisation sont irréversibles d’où leur nom de ‘’méthode permanente’’ a-t-elle expliqué. « Cela se fait avec l’accord du couple ou du patient après un counseling (forme d’accompagnement psychologique et social) à répétition » ajoute Eliane Dogoré.

Notons que les services de la vasectomie et de la ligature des trompes sont disponibles au CHU de Cocody en gynécologie, à l’hôpital général de Bingerville et à la maternité de l’hôpital général de Marcory.

JC Piekoura.(PMESMECI)